Suite à l'annulation des dates programmées en mars et avril, nous avons le plaisir d'annoncer qu'un grand nombre d'événements sont reportés au mois de septembre !

10 septembreexposition et rencontreLe collectif Ensaders — éditions Solo ma non troppo
30 septembreexposition et rencontreExposition Béatrix Beck — éditions du Chemin de fer

Temps fort

16 septembreconférenceConférence anti-auto — éditions Héros Limite
18 septembre projection et rencontreLittérature et free cinema — éditions L'échappée
19 septembredégustation & rencontreVoyage des papilles — éditions de l'épure
22 septembreconcert & lecture jazzLe jazz en colère — éditions du typhon
23 septembrelecture musicaleLettres égyptiennes — éditions elyzad
24 septembrelecture musicalePoésie des pierres — éditions esperluète
26 septembre atelier mail artVoyages à poster — éditions Versant sud
26 septembrelecture théâtraleCoup de théâtre aux Catacombes — éditions Le nouvel Attila
27 septembreateliers & conférenceAutour de Béatrix Beck / Les Parleuses — éditions du Chemin de fer

 

mercredi 16 septembre 2020

conférence / à 19h


Conférence anti-auto

Pour introduire le roman-documentaire sur la naissance de l’industrie automobile Dix chevaux vapeur, écrit en 1930 par Ilya Ehrenbourg et réédité en 2019 par les éditions Héros Limite, le journaliste Pierre Thiesset, spécialiste de la décroissance et éditeur entre autres d’une anthologie des textes et images faisant état de la controverse qui accompagne les débuts de l’automobile, fera un tour d’horizon de l’histoire de la résistance à l’automobile, qui n’a pas toujours incarné que la mythique « Déesse ».

Écrivain et journaliste russe exilé à Paris, Ilya Ehrenbourg publie en 1930 Dix chevaux vapeur, un roman documentaire retraçant la naissance de l’industrie automobile, à l’heure où la Tour Eiffel se pare du nom de Citroën, emblématique de la fascination pour ce nouveau moyen de transport et d’émancipation qu’incarne la voiture. Mêlant enquêtes, témoignages, petites et grande histoires, le texte remet en perspective l’aliénation humaine du travail à la chaîne dans les usines, l’extraction du pétrole et du caoutchouc dans les colonies, les morts causées par les accidents et l’illusion néfaste que la vitesse rend l’homme plus libre.

// Le Lieu-Dit / 6 rue Sorbier, Paris 20e / M° Ménilmontant
Entrée libre / Réservations à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

En raccord(s) avec
10 CV Dix chevaux vapeur
d'Ilya Ehrenbourg
Éditions Héros Limite, 2019



↑ haut de page

vendredi 18 septembre 2020

Projection & rencontre / 19h30


Les angry young men et le free cinema

À l’occasion de la parution de Samedi soir dimanche matin de l’écrivain anglais Alan Sillitoe, les éditions L’échappée vous invitent à une soirée cinéma consacrée à deux courants artistiques qui se sont fait écho dans l’Angleterre des années 60 : le free cinema et le courant littéraire des angry young men. La projection du film La Solitude du coureur de fond de Tony Richardson, inspiré du roman éponyme d’Alan Sillitoe, sera introduite par une présentation du contexte de la création dans cette Angleterre d’après-guerre par l’éditeur du livre, Jacques Baujard.

Dans Samedi soir dimanche matin, Arthur Seaton a vingt et un ans, et sa vie à Nottingham semble déjà toute tracée dans cette Angleterre de l’après-guerre. Sa morne semaine est rythmée par les cadences infernales de l’usine. Arrive alors le week-end où il peut enfin se défouler et exprimer sa rage de vivre.
Dans La Solitude du coureur de fond, Colin Smith est un jeune révolté qui, à la suite d’un vol commis dans une boutique, est placé dans un centre d'éducation surveillée. Pratiquant la course de fond, il s’évade de son quotidien en rêveries durant ses courses solitaires.

// Écoles Cinéma Club / 23 rue des Écoles, Paris 5e / M° Maubert-Mutualité
Tarif unique : 6€

 

En raccord(s) avec
Samedi soir dimanche matin
d'Alan Sillitoe
Éditions L'échappée, 2019



↑ haut de page

samedi 19 septembre 2020

dégustation & rencontre / à 12h


Voyage des papilles

Alessandra Pierini est italienne et épicière à Paris, Sonia Ezgulian est d’origine arménienne et cuisinière à Lyon. Elles partagent la même passion des beaux produits et ont décidé de partir ensemble aux sources des pâtes, à Gragnano et à Naples dont elles relatent le périple dans un livre : La pasta allegra. Alessandra Pierini invite les festivaliers à découvrir l’art de vivre à l’italienne autour de recettes extraites du livre – cuisinées par leurs soins – et à déguster des produits italiens autour d’un verre de vin de l’Etna.

Sonia Ezgulian et Alessandra Pierini ont voulu un livre pointu dans les produits, accessible dans les recettes, reflétant leur complicité et le bonheur d’avoir mené ce projet ensemble, avec l’éditrice de leur cœur. Elles signent ensemble un ouvrage atypique, à mi-chemin entre le recueil de recettes et le carnet de voyages, ponctué par des dessins, collages et photographies. Elles confient leurs meilleures adresses de restaurants et de marchés pour découvrir les produits italiens indissociables des pâtes tels que les anchois de Cetara, les tomates du Vésuve et les citrons d’Amalfi.

// Librairie des Éditeurs associés / 11 rue de Médicis, Paris 6e / M° Luxembourg ou Odéon
Entrée libre / Réservations à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

En raccord(s) avec
Pasta allegra
d'Alessandra Pierini et Sonia Ezgulian
Éditions de L'épure, 2019



↑ haut de page

mardi 22 septembre 2020

concert & lecture / à 20h


Le jazz en colère

À l’occasion de la réédition de nombreux textes des « jeunes hommes en colère », courant littéraire et cinématographique de l’Angleterre d’après-guerre, les éditions du Typhon vous invitent à entrer dans l’écriture de John Wain, imprégnée de mélodies jazz, par une lecture d’un de ses romans phare, Et frappe le père à mort, relevée d’improvisations jazz au piano et au trombone. Lecture par Ferdinand Pierrot, comédien ; impros jazz par Clément Garnault au trombone et Julian Caetano au piano.

Las de l’éducation rigoureuse que lui impose son père, austère professeur de latin et grec, le jeune Jeremy Coleman découvre les ailes de la liberté à travers le piano jazz… il fugue du foyer paternel vers une vie pleine d’improvisations et de syncopes, dans un Londres ravagé par les bombardements nazis. Un soir, il fait la connaissance de Percy Brett, un tromboniste noir américain. Une rencontre qui bouleverse son existence... Mené sur un rythme trépidant qui épouse la sensualité du jazz, Et frappe le père à mort interroge les tensions générationnelles avec un regard perçant.

// Le Piano vache / 8 rue Laplace, Paris 5e / M° Cardinal Lemoine
Entrée libre / Réservations à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

En raccord(s) avec
Et frappe le père à mort
de John Wain
Éditions du Typhon, 2019



↑ haut de page

mercredi 23 septembre 2020

lecture musicale / à 20h


Lettres égyptiennes

Roman épistolaire, histoire d’amour dans la grande Histoire, Égypte 51 retrace les événements qui ont secoué le pays à la suite, notamment, de la nationalisation du Canal de Suez. La romancière Yasmine Khlat et le comédien Carlos Chahine prêtent voix aux deux personnages du roman, Mia et Stéphane, accompagnés par la pianiste et compositrice Macha Gharibian.

1951, au bord du Canal de Suez… Le roman s’ouvre sur une première lettre de Stéphane, médecin, adressée à la jeune Mia qu’il a rencontrée lors d’un déjeuner chez ses parents au Caire. Épris d’elle, il s’empresse de lui demander sa main. Au cours d’un long échange épistolaire, du Caire à Ismaïlia, ville au bord du canal de Suez où vit Stéphane, le médecin tente de convaincre Mia de devenir sa femme, ce à quoi elle résiste. Puis surviennent les évènements de 52 et, en 56, la nationalisation du Canal et la guerre qui vont bousculer les existences des deux êtres.

// Maison de la poésie / 157 rue Saint-Martin, Paris 3e / Métro Rambuteau
Entrée : 10€ tarif plein / 5€ adhérents à la Maison de la poésie (préventes ici)

 

En raccord(s) avec
Egypte 51
de Yasmine Khlat
Éditions Elyzad, 2019



↑ haut de page

jeudi 24 septembre 2020

lecture musicale / à 19h


Poésie des pierres

Cent ans après sa première publication, la nouvelle de Virginia Woolf, Objets massifs, est revisitée par les plasticiennes Anne Attali et Marie Van Roey. La lecture par Miguel Decleire accompagnée au violoncelle par Jean-Pol Zanutel, entrera en résonance avec les photographies, dessins et collages exposés pour l’occasion en regard des minéraux du Musée de Minéralogie.

Deux jeunes hommes, à l’orée de leur carrière, se tiennent sur la plage, visiblement en désaccord et en grand débat politique. L’un d’eux met la main sur un trésor : un morceau de verre poli, dense, lisse, doux, qui l’intrigue. Cet objet sera le point de départ de sa nouvelle quête. La matière devient sujet, objet de convoitise, elle se fait verbe et cristallise une rêverie, un poème du quotidien. Cette nouvelle écrite en 1920 par Virginia Woolf trouve un nouveau souffle grâce aux deux artistes plasticiennes qui par leurs photographies, collages et montages offrent une nouvelle lecture de ce texte d’une étonnante actualité.

// Bibliothèque des Mines / 60 boulevard Saint-Michel, Paris 6e / RER Luxembourg
Entrée libre / Réservations à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

En raccord(s) avec
Objets massifs
de Virginia Woolf
Éditions esperluète, 2020



↑ haut de page

samedi 26 septembre 2020

atelier mail art / à 15h


Voyages à poster

Dans son dernier album Lola sur le rivage, l’autrice et illustratrice Teresa Arroyo Corcobado invite les jeunes lecteurs à suivre Lola dans son déménagement vers des archipels d’îles des pays nordiques, avec sa mère factrice qui distribue le courrier en bateau. À partir de découpages et de collages, de peinture, de tampons et de marqueurs, l’artiste propose aux enfants de découvrir le mail art et de raconter en images leur voyage idéal ou souvenir de voyage, sur une carte ou une enveloppe... envoyées à la fin de l’atelier à un destinataire choisi, parents ou amis.

L’histoire commence sur l’image d’une voiture qui descend vers la mer bleu sombre d’un paysage nordique, après le départ de Lola d’une ville aux immeubles serrés. Comment se sentir à nouveau chez soi dans un décor si différent, si étranger ? Comment s’approprier ces nouvelles couleurs pour les faire siennes et s’y sentir chez soi ? Un livre sur le déracinement, la peur de l’inconnu, mais aussi sur le rêve et l’évasion.

// Musée de la Poste / 34 boulevard de Vaugirard, Paris 15e / M° Montparnasse
Entrée libre / Réservations à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

En raccord(s) avec
Lola sur le rivage
de Teresa Arroyo Corcobado
Éditions Versant sud, 2019



↑ haut de page

samedi 26 septembre 2020

lecture théâtrale / à 20h


Coup de théâtre aux Catacombes

Autour d’un texte absurde aux accents beckettiens, écrit par l’écrivain argentin Pablo Katchadjian, où ni les personnages, ni l’auteur, ni le lecteur ne semblent pouvoir savoir où ils se trouvent, les comédiens Anna Jacob et Jean Joude proposent une mise en voix déstabilisante et fascinante dans la pénombre des célèbres Catacombes.

La Liberté totale est un texte caméléon qui emprunte au théâtre, à l’opéra, à la fable, à la comédie, au dialogue socratique… en bouleversant les codes de la narration. Deux hommes-lettres, appelés A et B, sont contraints par C et D de chercher une solution à l’équation : Liberté = Totale. Ils la trouvent en tuant leurs geôliers, puis prennent la fuite à travers un monde nébuleux à la Lewis Carroll, dans une quête éperdue : où aller quand on est libre ?

// Catacombes de Paris / 36 rue Rémy Dumoncel, Paris 14e / M° Denfert-Rochereau
Entrée libre / Réservations à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Le port du masque sera obligatoire.
Il est conseillé d'arriver 10 minutes avant le début des représentations.
NB : L'accès aux Catacombes se fait par un escalier de 83 marches.

 

En raccord(s) avec
La liberté totale
de Pablo Katchadjian
Éditions Le nouvel Attila / Othello, 2019



↑ haut de page

dimanche 27 septembre 2020

Ateliers & conférence / à 17h


Autour de Béatrix Beck / Les Parleuses

Chaque mois, les Parleuses remettent sur le devant de la scène des autrices du matrimoine littéraire. Pour cette séance, c’est l’écriture inclassable de Béatrix Beck qui sera mise à l’honneur, présentée par Justine Arnal. Les participants auront le choix entre un atelier d’écriture et un atelier de lecture par arpentage*, et la séance se clôturera par la lecture d’un texte inédit de Justine Arnal consacré à l’œuvre de Béatrix Beck.
Aucune préparation n’est nécessaire pour participer aux ateliers.
* La lecture par arpentage est une méthode de lecture qui permet de lire à plusieurs en un temps limité…

14h-16h / ateliers : d’écriture, animé par Justine Arnal de lecture par arpentage
16h30-17h30 : conférence sur l’œuvre de Béatrix Beck par Justine Arnal

Autrice inclassable, Béatrix Beck a créé une œuvre hétéroclite, en avance sur son temps, parfois provocatrice. Encore souvent méconnue de nos jours, malgré son prix Goncourt en 1952, ses romans, nouvelles et poèmes sont réédités depuis 2010 par les éditions du Chemin de fer. Les mêmes éditeurs ont également édité deux textes de Justine Arnal, Les Corps ravis et Finir l’autre, qui offrent des résonances frappantes avec l’œuvre de Beck.

// Centre Pompidou / 19 rue Beaubourg, Paris 4e // M° Rambuteau
Entrée libre / Réservation indispensable à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Des coupe-files vous seront délivrés pour accéder rapidement aux espaces.

 

En raccord(s) avec
Une lilliputienne
de Béatrix Beck
Éditions du Chemin de fer, 2019



↑ haut de page